• Le 112

    Le 112  Prison d'Angoulême . 2017

  •  

    Texte de M . Georges chanteuse prison Angoulême part 1

     

    vers : La chanteuse part 2


    votre commentaire
  •  

    Le 112

    prison d'Angoulême

    année : 1976

     

     

    Lire la suite...


    votre commentaire
  •  

    La Télé dans les prisons

    Ils avaient déjà les barreaux ,

    maintenant , ils ont les chaînes !

    Coluche 

     

    Le prisonnier .part 2 Joel Georges

     

    nb : ce geste un genre d'autopunition ?

     

    il s'agit pour ma part d'une croyance personnelle .

    je pense que notre destinée

    comporte un compte de " bonnes choses "

    et de moins bonnes ( souffrances )

    donc comme dit Coluche :

    les brûlures ; c'était pour faire avancer le Schmilblick

     

     

     

    nb : le clic arrête la vidéo . 

     

     


    votre commentaire
  •  

     

     

    Bonnes ondes

    mémoire courte

    ondes courtes

    bonne mémoire .

     

     

    Le Vieux Boucau

    année : 1976

    Je me souviens , un des jeunes pâtissiers aimait cette " radio activity "

    il y a des sonorités qui sont proches

    des ondes courtes .

     

     

     

     

     

     Extrait du récit : La nuit du Centaure .

     

    Le soir nous gagnons

    une autre salle

    c'est une chambrée ;

     

    on me dit de quitter mon pantalon

    avant d'entrer ;

     

    j'ai un problème ; je dis :

     

    vous savez , moi sans mon pantalon

    je suis comme un gendarme

    sans son pistolet !

     

    mais ce sont les habitudes de la maison

    il ne faut pas déroger !

     

    il fait sombre

    W.....

    a réglé sa radio sur les ondes courtes

    ça donne un chant étrange

    ça chante à l'oreille agréablement

    je demande pouquoi ce choix

    il me dit

     

    c'est pour faciliter l'endormissement

     

    mais moi ;

     

    bientôt , je me lève

    j'aperçois des taches blanches lègèrement lumineuses

    sur le plancher

     

    je pense aux " pistes et chemins blancs "

    déjà aperçus

     

    c'était quand ?

     

    je me baisse

     

    il s'agit :

     

    de mégots de cigarettes !

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

    Extrait du récit : LA NUIT DU CENTAURE .

    infirmerie prison Saint Roch  16 Angoulême .

    année : 1976

     

    On vient me chercher

    des toubibs sont arrivés pour un examen ;

    par delà les longs couloirs

    je rejoins accompagné d'un maton

    un petit local ;

     

    en fait , ce sont deux psychiatres qui sont là ;

    ils ne me posent pas beaucoup de questions ;

    je regarde bientôt par une fenêtre à ma gauche

     

    j'entends appeller M.... !  M.... ! ( mon nom )

    je leur fais part de cet appel

    les deus psy se regardent alors d'un air entendu

    ils se préparent d'ailleurs pour s'en aller ;

    je demande une cigarette

    car l'un d'eux fume des blondes

    ils me disent leurs noms

    M....  et    M........ c'est facile ,  dit l'un d'eux

    deux  M  ...

    tu parles ... avec moi ça fait trois !

    le paquet de cigarettes laissé sur la table est vide ,

     

    tu parles des cons !

     


    votre commentaire
  •  

    Infirmerie

    prison Saint Roch   Angoulême 16

    année : 1976

     

    Ce jour au menu

    du riz au chocolat comme dessert .

    le couvert , une fourchette , un couteau à bout rond

     

    Mon compagnon d'infortune

    celui qui ne voudrais pas être militaire

    me regarde placer mon assiette

    à même le sol .

     

    il me voit alors manger mon riz comme le ferait

    un animal .

    lorsque j'ai terminé mon assiette

    je regarde vers les vasistas ...

    je jette alors ma fourchette

    puis le couteau

    par l'une de ces ouvertures .

     

    Lorsque le maton de service

    en ce qui concerne les repas , reviens

    celui n'est pas content

    ( couvert manquant )

     

    Un peu plus tard on vient me chercher .

    je comprends que c'est une sortie

    dans la cour en contre bas qui est prévue ...

    lorsque le maton

    ouvre la porte donnant sur cette cour

    j'aperçois un détenu

    qui s'y trouve déjà .

    Vu la tête de ce gars , je refuse alors

    de pénétrer dans cette cour ;

     

    le maton insiste ...

    comment lui expliquer que je ne tiens pas

    " à me faire planter " avec une fourchette ...

     

    la fourchette du riz au chocolat !

     

    Encore un peu de chocolat ...

     

     


     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

    Infirmerie

    prison d'Angoulême 

    année : 1976

     

    Cette journée

    je suis en forme

    j'ai pris un manche à balai

    je suis capable

    de gestes de grande précision

     

    le " violeur " hésite

    à jouer avec moi à nouveau ;

    au cours d'un précédent " combat "

    il a du sentir le manche à balai

    lui toucher les cheveux

    ça a passer très près !

     

    maintenant je saute sur les lits

    certains émettent des bruits de ressorts

    d'autres sont silencieux

    j'ai compris

    il y a les lits " positifs "

    les autres sont à éviter .

     

    non ; pas celui la

    me dit mon compagnon de jeu

    c'est le lit du mort !

     

    le lit du mort ?

     

    oui dit il un gars a brûlé dans ce lit

    en effet je regarde le mur

    il y a des traces de fumée sur celui ci

     

    avec le manche à balai

    j'ai voulu ouvrir plus grand une petite fenêtre

    entre ouverte

    mon " violeur " demandait

    un peu d'air

    comment se fait il

    je n'ai plus la précision de tout à l'heure

    la fenêtre heurte le mur

    les carreaux descendent

     

    les morceaux de vitre

    sont tombés sur le lit

    fais attention !

    j'aide mon compagnon d'infortune

    pour enlever ce qui pourrait le blesser

     

    plus tard

    dans la nuit

    j'entends ce jeune

    parler dans son sommeil

     

    il prononce plusieurs fois

    cette phrase :

     

    je ne voudrais pas être militaire .

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     Extrait du récit : La nuit du Centaure .

     

    Prison d'Angoulême .

    année : 1976

     

    Je fais un peu plus connaissance

    avec mes compagnons

    celui qui s'appelle W..... me dit

    tu vois le grand ...

    il a tué sa mère

    méfie toi !

     

      je recommence bientôt

    à animer la cellule

    j'ai une petite prothèse dentaire

    une plaque avec une fausse dent

    alors que tout le monde me regarde

    je fais bouger adroitement cette dent

    tout le monde rigole

     

    ça ne plait pas à tout le monde ;

     

    fais attention ! voici King Kong !

     

     

    un maton * entre dans la cellule   King Kong . Synonymes de maton tous  péjoratifs

    je comprends alors pourquoi

    on a annoncer King Kong

    celui qui vient d'entrer

    n'a pas l'air de vouloir jouer avec moi

     

    pour commencer le géant s'est planté

    les jambes écartées au milieu de la cellule

    mais maintenant il avance vers moi ...

     

    ça doit être un truc de mon enfance

    quand je faisais face à certains dangers ...

    je me planque à toute vitesse sous la table ;

     

    désappointé ou content de lui

    je ne sais pas

    King Kong sort ...

     

    je respire !

     

    Copyright France .

     

     

     

    nb : Le clic sur article suivant arrête la vidéo .

     

     

     


    votre commentaire
  •  

    Année : 1976

    prison d ' Angoulême

     

    En attendant le juge

    j'observe la pièce où je me trouve maintenant

    il y a une table

    avec un entourage de marbre

     

    un billard ?

    un petit endroit de la bordure est cassé

    le morceau est posé là ...

     

    il attend 

     

    j'ai repris mon papier ;

     

    je relis

    ce que j'ai écris

    dans la pièce ensoleillée ...

    à suivre

     article complet le 24 juillet

     


    votre commentaire
  •  

    Au 112

    " infirmerie "

    Année : 1976  Prison d'Angoulême

     

    Je ne dormirais pas encore cette nuit

    tout est étrangement calme

    soudain

    je pense que je pourrais tenter

    une expérience :

     

    la télékinésie ...

     

    les conditions dans ce lieu

    me semblent réunies

    propices à ce genre d'expérience ;

    il y a parmi les rares objets présents

    dans cette salle

    deux , trois assiettes plastiques

    de couleur orange , bleue et rouge

    je les dispose sur le tabouret

    où un détenu

    a gravé : Véga

    surement , à l'aide d'un tisonnier ;

    je prends la position du Lotus

    il me semble que quelqu'un m'observe

    par une petite lucarne

    située derrière moi ;

    ça n'est pas un maton

    cette personne s'éloigne

    il me semble l'entendre prononcer

     

    c'est un mystique .

     

    Source Wikipédia

     

     


    votre commentaire
  •  

     

    Année : 1976

    prison d ' Angoulême

     

    En attendant le juge

    j'observe la pièce où je me trouve maintenant

    il y a une table

    avec un entourage de marbre

     

    un billard ?

    un petit endroit de la bordure est cassé

    le morceau est posé là ...

     

    il attend 

     

    j'ai repris mon papier ;

     

    je relis

    ce que j'ai écris

    dans la pièce ensoleillée

     

    le grillon chanta cinquante deux fois

    les " faux barreaux " sont toujours là !

     

    sur ce pauvre morceau de papier

    que j'ai trituré entre mes doigts

    j'ajoute maintenant :

    tous ces pauvres gens

    qui partaient dans les trains

    pour on ne sait où ;

     

    lorsque le juge arrive

    je m'empresse de lui montrer

    la place que doit prendre

    le petit morceau de marbre ,

     

    Café de nuit  Tableau scanné sur livre Van Gogh  collection Joel Georges

     

    je lui demande

    s'il veut que je lui lise mon poème

    " Les faux barreaux "

    il me dit après l'écoute

    on dirait du Rimbaud !

    le juge me dit alors

    qu'il a besoin d'un peu de renseignements

    je lui explique les choses

    il a l'air satisfait

    je lui demande alors s'il veut écouter la suite

    des " Faux barreaux "

     

    tous ces pauvres gens qui partaient ...

    il m'écoute

    pas mal !

    mais il faudrait modifier

    cette tournure de phrase ;

    je suis d'accord avec lui 

    avant de s'en aller

    il me dit :

    vous n'oublierez pas d'ajouter :

    avec la collaboration du juge Jacques S..... !

     

     


    votre commentaire